jeudi 19 décembre 2013

Diy : des cadeaux tout beaux, pas chers et avec plein d'amour dedans !

KeuA ? t'as pas fini tes cadeaux ? Et puis cette année, avec l'augmentation des impôts, la facture de gaz qui a doublé, tu ne sais pas comment finir le mois et faire plaisir à ta grannnnnnde famille ? 
Et bien voilà une idée : 
Avec quelques pots de confiture (il m'a suffi de mettre une annonce dans le hall de l'immeuble pour en récupérer une dizaine d'un coup!), des animaux en plastique, un peu de colle forte, de la peinture en bombe et du vernis (pas obligatoire), voici de jolis pots originaux prêts à remplir.

Ici, j'ai réalisé des sablés avec les enfants que j'ai posés sur du thé acheté en vrac (Marco Polo de Mariage Frères, juste extra !). Pour séparer les biscuits du thé, j'ai découpé une pièce de joli papier (selon la forme de mon pot de confiture). Et hop, l'affaire est dans le pot !
Alors, ils sont pas beaux mes cadeaux ?













vendredi 13 décembre 2013

Cette année, à Noël, c'est mortelles étiquettes de cadeaux !!

Et oui cette année, j'invite des morts. Même qu'ils seront au pied du sapin. Non, je ne vais pas tenter de rentrer en contact avec l'esprit de Nelson Mandela (paix à son âme), même si c'est un mort que j'apprécie beaucoup. Ni avec celui de Serge Gainsbourg ou du sexy Jim Morrison. Je ne vais pas non plus organiser une zombie party. C'est beaucoup plus simple... 
Cette année, j'ai décidé de créer des étiquettes de cadeaux de Noël en utilisant les photos de personnes défuntes qui me sont chères. Une manière de les garder un peu plus présentes dans nos coeurs ce soir là et de leur rendre hommage, avec humour. 
Car j'ai souhaité les intégrer sur un fond kitch et vitaminé pour garder un esprit décalé. 
Ainsi,  "Jeannine et Ange", "Grand-Père Jouanny", "Geneviève", "Joseph" et "René" se retrouveront au milieu des bananes et des ananas pour notre plus grand plaisir.
Si ces étiquettes vous plaisent et que vous souhaitez retrouver "Joseph" ou "Geneviève" sur vos cadeaux,  pas de problème, la planche est en téléchargement gratuit jusqu'au 19 décembre. "C'est cado" !!

Téléchargez la planche d'étiquettes ici. (choisir "free download", taper le code indiqué, attendre quelques secondes et le lien du download apparaît ! fastoche)







jeudi 28 novembre 2013

Soldat Laurette en mission !!

Tout a commencé par un post sur les réseaux sociaux : Madame Moustache, street-artiste spécialisée dans le collage de curiosités "photomontées", annonçait la fabrication de 3000 stickers et l'enrôlement de volontaires pour conquérir les rues de l'hexagone (et d'ailleurs). 

Séduite par cette proposition, j'ai, sans attendre, répondu par l'affirmative et ai reçu mon paquet de stickers la semaine dernière, enveloppe blanche classique (façon incognito) au dos de laquelle figurait simplement la signature rouge à la moustache.

Me voici donc partie en mission collage de stickers dans l'espace urbain rennais ! Oh chouette !! 





To be continued...

jeudi 21 novembre 2013

Diy : le calendrier de l'Avent sauce Laurette... et pim pam poum !

Ben ouais, c'est pas le printemps et pourtant ils fleurissent de partout les calendriers de l'Avent des créateurs talentueux. Sauf que cette année, j'ai pas envie de faire comme les autres mais plutôt à ma sauce. Avec budget mini et plus d'encre dans l'imprimante. Et puis pas non plus l'envie de faire un calendrier par enfant, à savoir 50 pochettes (calcul... j'ai 2 enfants). 

Alors ? Alors j'ai eu la géniale idée, prétentieuse que je suis, de créer une pochette avec un dessin à colorier dessus et une surprise dedans. Celui qui a le dessin laisse la surprise à l'autre. Et comme ça chacun son tour jusqu'au D Day. Ca fait quand même 25 dessins et pochettes à créer. Pour ces dernières, j'ai pris une demi feuille de papier que j'ai pliée et fermée avec du joli masking tape. J'ai accroché le tout avec de la ficelle bleue et rouge (les couleurs de mon Wonder Noël : rouge, bleu et doré) à des branches trouvées au parc du coin. Et comme ça souffle fort par chez nous, j'ai pas eu trop de mal à en trouver. 
Pour les surprises, quelques bonbons, des badges et tampons home-made, des tatouages... le tout pour moins de 10 €. 

Et comme me le suggérait un ami (Thiên Tù, pour le citer), on récupère ensuite les pochettes coloriées par les p'tites mains pour les offrir comme cartes de voeux avec un petit message dedans ! Et hop, tout le monde est content !!






vendredi 13 septembre 2013

Le street art, c'est formidable !

Voici presque une semaine que le festival de street art Teenage Kicks a été inauguré à Rennes. En ouverture, la fresque monumentale de l'artiste espagnol Aryz, boulevard du Colombier, face à la ligne de chemin de fer. Presque chaque soir, après ma journée de travail, j' ai chevauché ma bicyclette pour admirer la progression de l'artiste. Et lundi soir, 7 autruches gigantesques en noeud pap' et ptit chapeau saluaient voyageurs et badauds. Un joli moyen d'accueillir les visiteurs de la ville, une valeur ajoutée, sans nul doute. 
Mardi soir, le festival se poursuivait rue de l'Alma avec une oeuvre à 6 mains des artistes Boogie, Kid Kreol et Mioshe

Et puis avant-hier soir, en marge du festival, après l'avoir croisé sur son vélo, papiers cadeaux sur le dos, j'ai tenté de trouver les objets que l'artiste Mardi Noir empaquette dans la ville. Résultat : 2 sur 11. Il semblerait que les oeuvres soient très éphémères. Je tâcherai de faire mieux la prochaine fois. 

A suivre : Seth, et ses oeuvres si délicates, étranges et oniriques, à voir en ce moment et jusque demain soir place Yves Lemoine, et une performance regroupant une dizaine de pointures du graffiti international prévue pour ce we boulevard du Colombier, sur l'ancien mur de Graffiteam.

Les expos de Sozyone, Honet, Delta, Vhils et Olivier Kosta-Théfaine sont toujours d'actu aux Ateliers du vent. Quant aux allemands de Jukebox Cowboys, ils investiront la galerie DMA avec grosse soirée de vernissage samedi 14.

Pourquoi le street art c'est formidable ? Pas seulement parce qu'il apporte une valeur esthétique à la rue et égaie nos mornes journées. Mais surtout parce qu'il bouscule, questionne, sur nous-même, sur la société, sur la place de l'art, sur notre devenir.... Qu'il est accessible, à tous, au delà des murs des galeries et des musées. Pour cela, et pour bien d'autres choses, il est essentiel.

Bon festoche !








mercredi 28 août 2013

Soutenez le Teenage Kicks Festival ! NOW

Le festival d'art urbain débutera le 6 septembre, pour notre plus grand plaisir ! C'est une première à Rennes. Je vous en avais parlé, pas moins d'une dizaine d'artistes internationaux (et pas des moindres) investiront les murs des rues et galeries de la villePour assurer la pérennité de ce projet, soutenez-le dès aujourd'hui soit en le finançant en partie (à partir de 5 € ou plus avec contreparties telles que affiches dédicacées, T-shirts collector, livres, sérigraphies...) soit en tant que bénévole (médiation, accueil, catering, installation, communication...). Tous les détails sont ici.
Il reste une 20aine de jours avant que cette opération se termine. Pour l'instant le projet est financé à hauteur de 30%. Les petits ruisseaux faisant de grandes rivières, j' appelle tous les amoureux des arts à se mobiliser et contribuer aux beaux jours du street art rennais.




samedi 24 août 2013

Scène de plage

Une plage, l'été, la mer au loin, les rochers, les gens dessus. Des postures, des mouvements. Une scène de plage, une scène d'été et de vacances qui se terminent... bientôt.


lundi 5 août 2013

Rennes prend des couleurs en septembre avec le Teenage Kicks festival !!

Je vous en parlerai davantage lors de mon retour de vacances. Du 6 septembre au 6 octobre prochain, la première édition du festival d'art urbain Teenage Kicks accueillera une dizaine d'artistes internationaux à Rennes et Saint Malo. Pour en connaître les détails, c'est par . A vos agenda !!


dimanche 4 août 2013

Fixie lovers

Cet été, "petit chéri" et "grand chéri" ont fêté leur birthday. Comme "grand chéri" est fan de fixi (vélo à pignon fixe), j'ai décidé de créer deux visuels et de les imprimer au papier transfert sur deux T-shirt. 
Et comme petit chéri est fan de son papa, je lui ai fait le même cadeau en 8 ans. Quel succès !!



samedi 3 août 2013

Ballade en TAZ

Il y a une bonne dizaine d'années maintenant, j'ai lu "TAZ",  Temporary Autonomous Zone, Zone autonome temporaire, d'Hakim Bey. Un concept de zone, virtuelle ou réelle, occupée provisoirement dans l'espace, le temps, l'imaginaire, qui échappe aux autorités, et puis qui disparaît dès lors qu'elle est identifiée. C'était peut être le cas de l'Élaboratoire, à ses prémices, à Rennes. Mais ce collectif-squat d'artistes aux cultures et aux vies alternatives est depuis bien longtemps connu des services de la ville. Installé plaine de Baud, au milieu d'anciens entrepôts transformés en spots de graff, l'Élabo, tout comme les Ateliers du Vent, subit depuis quelques années la pression des urbanistes de la ville. Les bulldozers progressent, les friches industrielles s'aplanissent. Les murs des graffeurs tombent. Ainsi va la ville. Et les squatteurs, eux, n'ont aucune connaissance du sort qu'il leur est réservé. 
Comme à la Courrouze, j'aime profiter de ces zones en friche que je trouve assez belles dans leur détérioration. Le temps joue contre moi. Bientôt pousseront de jolis immeubles bien propres et insipides, sans originalité. Je fais ma mauvaise langue. En attendant, donc, chevauchant mon super-vélo-avec-siège-bébé, j'explore les friches, brave les ronces qui me laminent les mollets au passage et découvre avec curiosité et plaisir les empruntes de ceux qui m'ont précédée. 

Photos : Élabo/ Élabo depuis le chantier/Gano/Nique La Fouine (pas forcément très beau mais très drôle. J'aime pas la Fouine non plus ;) / Ouille!)














lundi 22 juillet 2013

La mer, le sable et Le Banquet

Voici une oeuvre qui me touche beaucoup. Le Banquet, exposé au Frac de Rennes, est signé Isabelle Arthuis, photographe et vidéaste, diplômée des Beaux-Arts de Rennes. Cette photographie, élégante et gaie, s'inspire en partie de l'oeuvre éponyme de Breughel. Ce qui frappe et ce qui m'a ravie, c'est la scène, traitée à la manière d'une peinture. Une scène de genre qui a su réunir les habitants de St-Briac-sur-mer, sur la plage du Perron en 2011, pour la 16ème édition du festival Grand Ecart de la ville. A admirer aussi cet été en gare de Rennes.


lundi 10 juin 2013

J'aime bien les dimanches

Et ce dimanche, à Rennes, c' était chouette. A vélo, on traverse la braderie du quartier Sainte-Thérèse, et on finit par visiter un chantier en démolition à La Courrouze. Le tout agrémenté de belles découvertes artistiques et humaines. Graffitis et collages : Breze/Unknown/Mardi Noir/Joe Popi.










lundi 27 mai 2013

Digital collage

Becha est une artiste que j'ai découverte grâce à un tuto sur Photoshop. Son univers me plait beaucoup. Il est à la fois complexe, surréaliste et pop. Parfois dérangeant, toujours surprenant. Esthétiquement très beau. Ses visuels mêlent collages et illustrations travaillés sous Photoshop. Voici une vidéo promotionnelle de l'expo Untitled places.

jeudi 23 mai 2013

Dans la rue #4

Chic !! Suite au post précédent, je viens de découvrir de nouveaux collages de Fred le Chevalier. Allée Guillaume Chauvin (derrière l'école d'architecture) (Rennes). Un collage de Madame Moustache lui fait face. "L'amour n'est pas une arme blanche". #happythursday !!









samedi 18 mai 2013

Anthropomorphisme #13

Ces derniers temps, j'avoue avoir délaissé le vectoriel au profit de Photoshop. Ça donne ça : 
Une envie de printemps, de prairie et d'aubépine.
Bon week-end !


vendredi 17 mai 2013

Flyer for Un Zeste

Un Zeste et deux Pincées, c'est une épicerie fine située à Saint-Grégoire (35). Un lieu qui célèbre le raffinement,  l'épicurisme, la convivialité, la curiosité et j'en passe... Tout nouveau tout beau, ce flyer sera bientôt dans les boîtes aux lettres de la ville. Son format (21 x 21 cm) lui permet de se démarquer facilement des autres support de com'. J'ai choisi un design à la fois sobre et moderne qui correspond bien à l'esprit de l'épicerie. 


samedi 11 mai 2013

Dans la rue #3

Fred le Chevalier est passé à Rennes ! Quelle surprise de découvrir une de ces dames de coeur au 45 rue de la Parcheminerie, dans ce passage qui mène à la galerie l'Antre temps. C'est lors d'un week-end parisien que j'ai rencontré les personnages stylisés et contrastés de Fred le Chevalier. A Beaubourg, plus exactement. Depuis je le suis sur Facebook et je vous invite à en faire de même.  
Mais alors Fred, es-tu venu récemment à Rennes ? As-tu essaimé d'autres personnages ? Et comptes-tu nous rendre visite régulièrement ? Merci pour tes jolis collages.


lundi 29 avril 2013

Ceci est une madeleine

Ceci est une madeleine. Une madeleine de Proust.
Ceci est un souvenir. Exquis.
Ceci est un héritage, reçu et transmis.
Ceci est un cadeau.
Ceci est de l'amour.
Ceci est une fierté, la mienne.
Ceci est la tarte aux pommes de ma grand-mère.



"Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour-là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut-être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut-être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes - et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot - s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir."

Extrait - Á la recherche du temps perdu, Du côté de chez Swan - Marcel Proust - 1913.